Coup de Pousse vous accompagne pendant le confinement avec ses conférences en ligne. La première a eu lieu ce mercredi 11 novembre pour aborder un thème qui peut paraitre obscur, à savoir, le minimalisme. Sihame et Jean-Seb, deux de nos pousses, ont partagé leur expérience sur le minimalisme qu’ils pratiquent ensemble depuis maintenant cinq ans. Le but était de vous partager leur expérience et éventuellement de vous lancer dans l’aventure  !

Qu’est-ce que le minimalisme ?

La définition littérale du minimalisme consiste à se contenter d’un minimum de chose. En soit, lorsque l’on entend minimalisme on associe cette notion à la règle des trois M : c’est à dire consommer moins mais mieux. Le but du minimalisme est de revenir à l’essentiel et à la simplicité.

Beaucoup de personne associent cette notion au minimalisme de l’extrême c’est à dire une réduction drastique de nos biens matériels. Ce n’est pas notre vision des choses.

L’intérêt du minimalisme, en plus du retour à l’essentiel c’est de faire le point sur les objets qui nous entourent et de se questionner s’ils nous procurent du bonheur.

Ainsi, on reprend peu à peu le contrôle de nos vies en pensant long terme et en supprimant les achats coup de tête que l’on peut avoir. Ils ne nous apportent rien, encombrent nos intérieurs et nous font perdre un temps précieux.

Les étapes pour se lancer dans le minimalisme

Le minimalisme, de par sa définition de consommer moins mais mieux nous fait prendre conscience de notre impact sur la planète et nous incite à vouloir trier nos intérieurs et à les désencombrer.

On commence par une pièce

On commence par une pièce de chez soi comme la cuisine ou encore le dressing. Une pièce qui nous semble facile de prime abord pour ne pas se décourager.

On s’interroge sur l’utilité de ses objets

En ai-je vraiment besoin ?
Cet objet me rend-il heureux ? (j’aime son aspect ou les souvenirs associés)
Par exemple, dans nos tiroirs de cuisine : ai-je besoin de quatre cuillères en bois ? (alors qu’on a deux mains :p)

Une des méthodes pratiquées par Marie Kondo est de faire une pile des objets que l’on possède afin de se rendre compte de la montagne que l’on possède et de s’interroger ensuite sur l’utilité de chacun de ces objets.

Les objets à forte valeur émotionnelle

Il arrive également qu’en désencombrant, on tombe sur des objets qui ont une grande valeur émotionnelle dont on n’a pas envie de se séparer.
Encore une fois, on peut se poser la question suivante : est-ce que cet objet me procure du bonheur ? En ai-je réellement besoin ? Comme il est dans la famille depuis longtemps, est-ce qu’un autre membre de la famille voudrait le récupérer ? Etc.

Que faire de ses objets dont on ne veut plus?

Une fois le tri fait, le minimalisme nous apporte également cette notion de seconde vie des objets, le but n’étant pas de vider son intérieur et de jeter ce dont on ne veut plus. Là encore, des solutions existent comme la réparation d’un objet, le don et la vente entre particuliers ou bien le donner à une association ou à des gens dans le besoin.

On vous parle du minimalisme à la semaine 44 de notre livret 52 semaines pour changer mes habitudes !

Le commerce de proximité et le greenwashing

On l’a vu le minimalisme englobe plusieurs notions mais ce qu’il apporte également c’est toutes ces questions que l’on commence à se poser comme comment mieux consommer ?

Quand on habite en ville, il est très facile de privilégier le commerce de proximité et de faire vivre nos centres-villes. Pour d’autres, c’est plus difficile, c’est pour ça qu’il est important de se renseigner sur ce qu’il y a autour de chez nous. Certains petits commerces ont souvent des boutiques en ligne, et aujourd’hui il est facile de se procurer ce dont on a besoin en quelques clics.

Ce qui est très important cependant, c’est de se méfier des fausses bonnes idées. Par exemple, si j’achète chez un petit commerçant de quartier une brosse à dent en plastique recyclé made in France, l’impact environnemental sera toujours moindre que si j’achète une brosse à dent en bambou fabriquée en Chine. On ne va donc pas remplacer un objet par un autre soit disant bon pour la planète, d’où cette notion de greenwashing utilisée par certaines marques et par les grands groupes pour nous pousser à consommer toujours plus.

On l’a dit, notre temps est précieux, le but étant surtout de consommer moins mais mieux.

Notre to-do list pour se lancer dans le minimalisme :

  1. Aller à son rythme et entamer un tri pièce par pièce en commençant par celle qui vont parait la plus importante ou à l’inverse la plus facile.
  2. Consommez moins mais mieux.
  3. Ne vous mettez pas la pression et déculpabilisez !
  4. Privilégier les commerces de proximité.
  5. Ne surtout pas se frustrer.

Et surtout, comme on vous le disait en conférence : Il en faut peu pour être heureux ! 

Pour en savoir plus sur le minimalisme, rendez-vous à la semaine 44 de notre livret 52 semaines pour changer mes habitudes !

C’était notre première conférence en ligne, la prochaine aura lieu mercredi 18 novembre à 18h30 et portera sur les décorations de Noël. Pour ne pas la rater, suivez notre actualité sur Facebook et Instagram !

Partager :